mercredi 28 juin 2017

Fleurs de Syrtis Major, Roman SF


Les fleurs de Syrtis Major

Tome 1 de la Saga des Mondes de Quirinus

Paru chez Jingwei Agency

Coécrit par J.C. Gapdy & F.L. Castle




Un roman SF où space-opéra, science et humanité s'entremêlent.
Disponible sur le site de l'éditeur ou en librairies



https://jingwei.agency/catalogue/fleurs-syrtis-major

Un space opéra dans la plus pure tradition, écrit par deux auteurs passionnés par ce genre et dont la curiosité est excitée par la planète Mars. À un peu plus d’un siècle de notre temps, la colonisation de la planète Mars devient un enjeu brulant, tant pour les nations que pour les groupes d’influence qui s’affrontent sur une Terre trop étroite. Certains d’entre eux ont une vision plus claire que les autres et vont embaucher Jans Glenis, une brillante chercheuse qui se trouve au creux de la vague après une série d’échecs. Emportée dans une station spatiale au large de Mars, la jeune femme va jouer son va-tout pour créer des plantes capables de générer une atmosphère sur la planète rouge. Pendant que la tension monte l’espace restreint de la station, sur Terre, les lobbies s’affrontent et tous les éléments de cette aventure vont emmêler leurs fils pour débuter une saga qui s’envolera à travers la galaxie.

En 2104, Jans Glenis est au creux de la vague. Son mariage est un échec ; elle a perdu son travail.
Aucun de ses brillants projets auxquels elle a tout sacrifié n’a réussi. Aussi l’offre de T-Space Industrie arrive-t-elle comme une bouée de sauvetage.
On lui propose de reprendre ses travaux au cœur d’une station vétuste et abandonnée en orbite de Mars. Son objectif : créer des plantes pouvant se développer sur la planète rouge pour en générer la biosphère. Ses contraintes : ressources et temps lui sont comptés.
Mais, entre des plantes qui ne croissent pas, une IA déconcertante, d’étranges humains qui la surveillent et des nanorobots divergents, rien n’arrive comme elle l’espérait.
Seul le maëlstrom qui va se déchainer lui fera découvrir les véritables enjeux de sa réussite.

 

samedi 10 juin 2017

1 et 1 font 11 quand SF, Uchronie et Aliens se mélangent.

1 et 1 font 11 (Novella SF)


10 juin 2017
sortie chez l'Ivre-Book

dans la collection Imaginarium de l'éditeur.


Résumé

En 1969, à la suite des Américains, les Russes viennent de se poser sur la Lune. Cet événement, pourtant sensationnel au niveau mondial, en masque d’autres, totalement inconnus du public, mais que le photoreporter André Sonniant va découvrir. Car André a une particularité qui passionne les services secrets mondiaux. Depuis l’attaque du Vercors par les nazis en 1944, il garde d’étonnantes marques sur son bras gauche. Au creux du coude et du poignet brillent des écailles qui n’ont rien d’humain. À ce jour, nul n’en a percé le secret, mais c’est à cause d’elles et d’étranges vaisseaux aperçus en plusieurs endroits de la planète qu’il est recontacté cette année-là. Quel lien peut-il y avoir entre eux et ces écailles ? Qui est cet être nommé « l’O » ? 

En format epub sans DRM.

Dispo chez Amazon, FNAC, Nolim, etc.


Avec une superbe couverte de Vael Cat.





vendredi 21 avril 2017

Interview sur Radio Coquelicot


Où il est question, grâce à la gentillesse de Christine Thomas-Chancel dans son émission d'Une plume à l'autre, de Science-Fiction, mais aussi d'humanisme, de transhumanisme, de Mars et surtout des personnages d'Aliens, Vaisseau et Cie.

Un agréable moment de détente et de rires, avec en musique "Life on Mars" de David Bowie et "Time" extrait de la B.O. du film Inception, par Hans Zimmer.




jeudi 20 avril 2017

Les fleurs de Syrtis-Major, Roman SF


Les fleurs de Syrtis-Major / Les mondes de Quirinus

Après quelques temps à jouer au nouvelliste, voici le premier roman SF annoncé pour fin mai : Les Fleurs de Syrtis-Major, chez Jingwei-Agency.
Un roman très particulier puisqu'il a été écrit à 4 mains avec Frédéric L. Castle, qui m'avait déjà fait l'honneur et l'amitié d'être le relecteur de nombre de mes écrits après la sortie du recueil d'Aliens, Vaisseau et Cie, chez Assyelle.

Un roman où la science et la recherche, l'humanité de ses héros se mélangent dans un avenir relativement proche. Si Mars pouvait être une chance pour certains, si on pouvait espérer y vivre et abandonner la carcasse d'une Terre où l'humanité est restée trop vindicative et parfois terrible. 

Jans Glenis est à bout. Sa vie ressemble à un échec ; elle a perdu son boulot, son mari l'a quitté et sa fille a préféré le suivre que de rester avec cette mère qui ne pense qu'à son travail, à ses recherches, à un autre avenir. Aussi quand T-Space lui propose ce poste de directrice de recherche sur l'une des stations spatiales qui entourent Mars, elle n'a aucune hésitation et fonce...

video


Pour suivre l'actualité jusqu'à sa sortie, la page FB est ici :
N'hésitez pas à aimer et à diffuser l'information.

Je vous en dirais plus au fur et à mesure que le décompte avancera.

En précommande, chez Jingwei-Agency
https://jingwei.agency/catalogue/fleurs-syrtis-major
en même temps que le nouveau roman de Christian Surieux, la mystérieuse lagune des RIP Pockets.
et

Jingwei Agency

Jingwei-Agency, chez qui je vous ai déjà proposé trois nouvelles en JPad à lire en ligne :

l'histoire de ce capitaine androïde que sa hiérarchie abandonne dans l'espace.
Perdu dans l'Univers :

Une nouvelle qui, à l'origine, est en hommage à Philip K. Dick et à son univers complexe et tourmenté, où l'esprit humain est bien souvent malmené, attirée par la folie quand il n'y sombre pas.
Micka, jeune adolescent, assiste impuissant à la destruction du vaisseau spatial où il est né. Lui qui n'a jamais vécu sur une planète, qui n'a jamais rencontré d'autres humains que sa mère et l'équipage du New-Eridan, se retrouve perdu avec l'androïde qui lui a servi de tuteur et d'éducateur, seul, loin de toute civilisation, loin des routes spatiales, avec seulement le système solaire de cette planète EPK-987-15 autour de lui.

Ainsi que le début de l'une des meilleurs nouvelles d'Aliens, Vaisseau et Cie, Sybriski






 

Pulp-Factory Editions


Le label Pulp-Factory est en route et ses premiers romans ne vont pas tarder à sortir.
Des appels à textes, un blog, un site de son responsable.

A suivre avec ces liens :

Le blog du Label Pulp-Factory

et son site avec catalogue, bios auteurs et les appels à texte


Google+ pour suivre toute l'actualité au fil de l'eau

Et les Propos Iconoclastes de son responsable et créateur Fabien Lyraud
qui m'a interviewé il y a peu.

dimanche 12 février 2017

Bilan des nouvelles et écrits



Après une année d'écriture non négligeable (1.520.150 caractères en 1 roman, 16 nouvelles SF, 2 nouvelles Fantastique et Fantasy) et en attendant les retours des éditeurs sur le roman et le recueil de nouvelles SF transmis ces derniers temps, un petit retour sur les écrits existants et leur accès possibles :



Côté livres :

  • Aliens, Vaisseau et Cie » chez Assyelle, recueil de 11 nouvelles SF. (LIEN)>
    • Vivez, éliminez (techno-thriller)
    • L’enfant électrique dans l’œil du vaisseau
    • Importance toute relative (uchronie)
    • Aliens, Vaisseau et Cie
    • Sybriski (mondes et univers parallèles, alors qu’on se croit embarqué dans un post-apocalyptique)
    • Shojan survolant les rizières
    • Les rescapés de l’Éridan
    • Neutral Game
    • Monoamine Oxydase A
    • Votre sainteté (une pure distopie)
    • Rêve d’Aliens
    • Et la présentation sur Le Galion des étoiles
  • « L’éternité oubliée » chez Assyelle, recueil poétique de Fantasy. (LIEN)


Côté nouvelles publiées isolément :


Interview sur le Galion des Etoiles


Le Galion des Etoiles

Le galion des étoiles et, plus précisément, sa capitaine « Koyolite Tseila » m'a interviewé voici quelques jours.
Je vous en livre le lien et un court extrait.




 

"En fait, c’est l’imaginaire qui me plait aussi bien dans la lecture que l’écriture. S’évader de ce qui existe, non pas vers un monde meilleur, mais un monde, un univers différent. J’accroche à ces écrits qui créent justement des Univers complets et cohérents, suffisamment détaillés pour être crédibles et passionnants."


samedi 14 janvier 2017


Perdu dans l'Univers

Une nouvelle en ambiance P. K. Dick, écrite en 2012 et retravaillée ces jours-ci pour être disponible sous JPads auprès de Jingwei Agency.


 


en hommage à Philip K. Dick et à son univers complexe et tourmenté, où l'esprit humain est bien souvent malmené, attirée par la folie quand il n'y sombre pas.

Micka, jeune adolescent, assiste impuissant à la destruction du vaisseau spatial où il est né. Lui qui n'a jamais vécu sur une planète, qui n'a jamais rencontré d'autres humains que sa mère et l'équipage du New-Eridan, se retrouve perdu avec l'androïde qui lui a servi de tuteur et d'éducateur, seul, loin de toute civilisation, loin des routes spatiales, avec seulement le système solaire de cette planète EPK-987-15 autour de lui.

Une nouvelle en 3 chapitres : New-Eridan, Planète EPK et la Fuite.

Bonne lecture !

 

 
 
https://jingwei.agency/JPad/perdu-dans-son-univers/la-fuite
 






dimanche 20 novembre 2016

Réveil d'une longue estivation avec une nouvelle SF en lecture




L'année a été fort complexe et ne m'a pas permis de venir vous mettre en ligne de nouveaux articles ; j'espère que vous m'en pardonnerez.

Dix longs mois de silence, c'est donc un réveil qui va se faire lentement mais surement.


Après cette longue absence qui a, malgré tout, permis de terminer mon roman SF et d'achever pas mal de nouvelles, je vous met en lien l'accès à la toute dernière.


Une nouvelle SF qui est disponible en lecture sur les JPAD de Jingwei Agency...

38.459 signes pour vous.


https://jingwei.agency/JPad/abandon



Une military-SF qui commence en pleine bataille spatiale contre les repaires de pirates planqués dans la ceinture des astéroïdes mais qui se finit bien différemment de ce que vous pourriez penser.

"Trahi, abandonné par sa hiérarchie, sa conduite héroïque rejetée... Comment un officier de la Flotte Spatiale, au coeur du système solaire, peut-il encaisser un tel choc et survivre ? Mais est-ce vraiment survivre quand même son vaisseau l'a trahi et ne peut plus être piloté ?"



https://jingwei.agency/JPad/abandon


Ah ! « Shégavely speel » ne cesse de répéter l'IA de son vaisseau...


« Shégavely speel » peut-être saurez-vous expliquer au Capitaine-Major Alan-Clinton ce que cela signifie...



Les JPAD de Jingwey, ce sont aussi des nouvelles de Christiane Surieux (Inversion de Contrôle chez Rivière Blanche), de Lou Jan (Sale Temps chez Rivière Blanche) et bien d'autres dans d'autres genres : Polar ou Fantasy (de Cathy Coopman, Lune-Ecarlate Editions)...


Bonne lecture et à bientôt.

lundi 22 février 2016

Salon du Livre de Thénac - 12 et 13 Mars 2016


 

Prochaine rencontre : le salon du livre de Thénac

Deux journées dans les Charentes-Maritimes (oui, pas tout à fait à côté de la Provence), non loin de Saintes. Un salon organisé par l'association "L'écriture prend le large".

Une petite place au milieu d'invités prestigieux : 

"Il s’agit ici de la littérature, si riche dans sa diversité, qui dit l’humaine condition et le monde qui nous entoure. Les écrivains savent ainsi magnifiquement évoquer les mondes d’avant et décrypter le monde qui vient."


Les invités pour la "Terres des mots et de l'imaginaire"
Olivier Bleys, invité d’honneur
Marc Wiltzl, Jean Christophe Gapdy, Marie-Odile Ascher, Paul Blanqué, Didier Colus (uniquement samedi), Eric Bouveresse, Odile Fontiche Savelli, Gilles Gourgousse, Georges Marsembre, 
Jean -Paul Chaumeil, Neil Thomas, Patrick Lorphelin, Le Kouddar.



Un programme riche et varié :
Et une intervention dans la salle "Hélène Neveur", le dimanche de 16h45 à 17h45 :
"Les voyages du futur, entre réalité et fiction", où j'évoquerais les voyages du futur aussi bien sur Terre que loin de la Terre, que ce soit à travers les véhicules robotisés et sans chauffeur, à travers l'espace et les voyages des sondes spatiales ou les projets d'exploration. En approchant ceci, tant du point de vue réel et scientifique que du point de vue de la fiction littéraire comme cinématographique ou graphique.

En espérant le plaisir de vous y rencontrer que ce soit lors d'une dédicace des Recueils "Aliens, vaisseau et Cie" et "Dimanche au bord du monde", ou lors d'un échange à bâtons rompus.


samedi 20 février 2016

Prix SF Rosny Aîné 2016


Le prix, décerné chaque année, récompense 1 roman SF et 1 nouvelle SF.

Les statuettes du prix, une oeuvre de Philippe CAZA.

Pour ce faire, une liste de romans et nouvelles éligibles est présenté sur le site Noosfère du Prix. Il s'agit d'oeuvre édité durant l'année civile précédente, c'est à dire 2015.
Chaque lecteur peut transmettre, au responsable des votes, un mail avec un maximum de 5 romans SF et 5 nouvelles SF.
Chacun peut demander aussi à compléter cette liste avec des auteurs et textes qui n'y figureraient pas.

Ce premier tour se clot le 5 juin 2016. A la suite de cela, les nommés sont présentés et un tour final de vote est réalisé lors de la convention nationale de la SF qui se déroulera cette année à Bordeaux.

Pour ma part, les nouvelles du recueil "Aliens, Vaisseau et Cie" sont présentes sur cette liste, puisqu'édité en 2015. Les mieux placées seraient "Importance toute relative", "Sibérie" voire "Vivez, éliminez" et "Votre Sainteté".
La nouvelle "Autochorie martienne" parue en décembre dans la revue n° 5 de Gandahar sur l'Intelligence Végérale est aussi éligible.

Si le coeur vous en dit, n'hésitez pas à transmettre votre vote.

Vous pouvez aussi accéder au palmarès des années antérieures et au mail pour faire ajouter des oeuvres.



Un peu plus sur Aliens, Vaisseau et Cie


Chronique et Interview

En date de février 2016
Une petite chronique fort simple et une interview complète, pour en savoir un peu plus sur ce qui m'amène à écrire et vous présenter des nouvelles SF, sur le site de l'Etrange Librarium.

Pour en savoir un peu plus, c'est ici :

 


 

 

vendredi 29 janvier 2016

Retour du Salon SF de Péron (01) - 24 Janvier 2016

Un salon SF qui décoiffe.



Péron, petit village du Bas-Gex. Le Mont Blanc non loin, Genève et le Léman à moins d'une heure. La fraicheur, un poil de neige, du givre sur le parebrise le matin.


Bref, un peu de changement par rapport à ma Provence, son Mont Ventoux tout juste neigeux ces derniers temps, et un Mistral a décorner tous ceux qu'on veut.


Un salon "intime" (plus de 250 visiteurs en quelques heures seulement) où tout le monde se connait et peut se saluer, discuter, prendre le temps de bavarder et d'échanger sur la SF. Car c'est là sa force et sa réussite : ici, on parle de ce que l'on connait, de ce que l'on aime, de ce que l'on recherche, c'est à dire de Science-Fiction.
Parler de P.K. Dick ne fait pas ouvrir de grands yeux à celles et ceux que vous rencontrer, contrairement à ce que j'ai parfois connu. Ici, on échange facilement sur l'Uchronie, la Post-Apo, la Hard-SF ou la Hard-Science ; on peut parler aussi bien du brave docteur et de ses lois de la robotique que du dernier Alain Blondelon (Connexions Mentales aux Editions Armada). Echanges et dédicaces étaient au rendez-vous pour tous les auteurs que nous étions.
 



Ce fut aussi l'occasion d'une rencontre au sommet puisque, pour la première fois, j'ai eu l'immense plaisir de rencontrer Frédéric Lebeuf qui organise ce salon et administre le groupe FB de Fan de SF, ainsi que Robert Yessouroun.




Pour l'album photo et les articles de presse, rendez-vous sur la page FB du salon ici :
https://www.facebook.com/media/set/?set=oa.1715418905342763&type=1


Rendez-vous est d'ores et déjà pris pour 2016.


samedi 9 janvier 2016

Interview sur le site "Paroles d'Auteurs"

Paroles d'auteurs me fait l'honneur d'une interview spéciale : la 140° du site peu après celle de Zep, himself.

http://www.parolesdauteurs.com/interview-j-c-gapdy/


Si vous avez envie d'en savoir un peu plus et sur l'auteur et sur mes projets, les genres et livres que j'affectionne et qui m'inspirent, c'est par ici

http://www.parolesdauteurs.com/interview-j-c-gapdy/

Un grand merci à David Boidin.

Profitez-en pour découvrir les interviews d'autres auteurs, dont celle de Zep comme je le disais, mais aussi François Corbier, Florence Fontaine, et plus d'une centaine que je vous laisse découvrir.

Nouvelle fantastique : "La chasse des Voirloups" en duel

La chasse des voirloups, une nouvelle fantastique
Pour changer et pour vous faire quelque infidélité, ainsi qu'à mes autres lecteurs et bêta-lecteurs SF...

Il s’agit d’une nouvelle fantastique que je vous propose aujourd’hui et que notre ami Aramis Mousquetayre a placée en duel contre « Main noire » d’Elodie Ritter-Pobelle. Il s'agit de ma cinquième semaine de duel.


A lire ici :

http://notre-nouveau-monde.blogspot.fr/2016/01/au-coeur-de-larene-match-decriture-n15.html


Si vous ne connaissez pas ces êtres de légende de la région troyenne, ou plus précisément du pays d’Othe, les voirloups ne sont pas des loups garous mais une sorte de cousin. Mais le mieux est de vous laisser découvrir l’aventure de cette ogresse partie chasser le chevreuil, en pleine nuit, au cœur de la forêt d’Othe, quelques jours avant la Noël 2015 ; cela a donc commencé il y a seulement quelques semaines. Mais, pour elle, tout n’est pas encore fini…


Petit détail, pour les lectrices et lecteurs qui ne connaitraient pas les voirloups othois, j’ai mis en exergue, à la fin de cette nouvelle, quelques informations complémentaires.


Bonne lecture et n’oubliez pas de voter en bas de la page, et encore mieux d'y ajouter un commentaire.

lundi 4 janvier 2016

Nouvelle "Surveillance" en ligne et en duel


Voilà, 2016 vient de commencer. J'en profite pour vous glisser un bon petit lot de voeux de derrière les fagots. Un truc sympa à vous souhaiter une bonne année avec une méga pile de bonnes choses, entre autres de lectures...

Sinon ?

Eh bien, l'année a commencé avec le succès en duel de la nouvelle "Souffrance et Espérance" sur le blog "Nouveau Monde" du Webzine "Ymagines". 3ème duel réussi...

 

et donc 4ème nouvelle en lice.

Cette fois-ci, on change un peu de thème, tout en restant dans la SF : un techno-thriller, c'est-à-dire un policier technologique et d'anticipation.
Thomas, jeune adolescent et fils de l'une des plus grandes fortunes terrestres, vient d'être enlevé et nous suivons celui qui s'est lancé à sa recherche, face aux échecs de la police terrestre. Ni officier de police, ni détective, il s'agit de son précepteur qui, fort à l'aise avec les réseaux et les gadgets numériques de haut vol, a décidé de tout mettre en oeuvre pour le retrouver, sans même s'inquiéter de sa propre sécurité...

Un techno-thriller bien plus calme et posé que les nouvelles précédentes mais où les surprises restent au rendez-vous...

Profitez-en pour voter, si vous souhaitez en plus profiter d'autres aventures SF...

Lire la nouvelle... c'est ici



mardi 29 décembre 2015

Androïdes, androïdes, 3 nouvelles à lire.


3 nouvelles SF dans un univers et un futur où les robots et les androïdes existent, où le système solaire est devenu, pour partie, une extension de notre Terre, conquis et terraformé par les humains et les androïdes. Laissez-vous entrainer dans cet univers à travers 3 histoires où l'intelligence humaine et l'intelligence artificielle sont étroitement mêlées.

Substitution


Sa-Dana maugréa face à l’insistance de l’androïde holographique. Devoir supporter des recommandations de la part d’une simulation d’IA, à l’apparence à peine terrienne, était aussi énervant que de subir les sermons de son tuteur, de sa tante et de l’avocat de son grand-père réunis…

Il valida d’un doigt nerveux sur son phonecuff les dites recommandations et clapa l’enclencheur du vaisseau. L’hologramme se délita aussitôt et les portes de la cale d’envol s’ouvrirent. Sa-Dana eut un sourire béat et son corps d’adolescent se détendit dans le fauteuil qu’il occupait. Le Deje’ans III s’agrippa aux magnétorails et glissa lentement vers l’ouverture. Il lui fallut patienter le temps de franchir les deux sas de sécurité, mais la vue des nuages lorsque l’engin plongea lui fit tout oublier et pousser un rugissement de joie. Oléthra, la Nouvelle-Terre, n’était plus qu’à quelques centaines de kilomètres devant lui et la bulle irisée du Deje’ans lui permettait d’en découvrir les couleurs éclatantes.

Il s’énerva en constatant qu’il avait oublié de déclaper le guide virtuel du petit vaisseau. Les caractéristiques de Nouvelle-Terre s’affichèrent dans sa rétine gauche sans qu’il ne puisse les effacer. Il ragea et grogna pour lui-même :

– Réserve naturelle ! Tu parles ! Y’a plus de touristes sur le continent Nord que d’autochtones. Paska ! Grand’Pa, heureusement que t’as du fric et des klemkopecs à ne savoir qu’en faire. Subir ce voyage avec toute ma promo et dans un tube de transport où on s’entasse à 80… J’ai échappé au pire.

Il soupira en songeant que son grand-père maternel avait pourtant refusé que Naty, qui était presque devenue sa petite amie, l’accompagne. Il était sûr et certain que son prestige aurait grandi en l’ayant à ses côtés pour le voyage. Mais il l’oublia aussitôt : la bulle pénétrait dans l’atmosphère d’Oléthra et le secouait. C’était moins confortable et beaucoup plus long que le tube ascensionnel reliant la station spatiale à la planète mais la découverte de la jungle et du Rio Kihojine, le fleuve géant avec ses deux kilomètres de largeur, l’époustoufla. Il avait basculé son support et se trouvait en appui vers l’avant, dévorant des yeux ce qu’il apercevait, ébahi d’une réalité qui rendait pâles et fades les virtualités immersives de l’Université Stellaire. La jungle avait laissé place à d’immenses forêts basses suivies d’une plaine aux teintes bleues et vertes, sur laquelle d’indénombrables troupeaux paissaient. Des oiseaux volaient en bandes ou occupaient des arbres imposants, comme s’ils en étaient les feuilles. Il eut le temps de discerner une meute de buffalions lancés à la poursuite de deux bêtes à cornes, dont les six pattes s’agitaient follement pour tenter de leur échapper. Ce fut trop rapide ; des arbres lui masquèrent la scène à l’instant où une tribu d’hominidés armés de lourds épieux se dressait sur leur trajet.


Lire la suite sur le webzine de "Notre Nouveau Monde"...
Au choix dans les format Calaméo, PDF, ePub ou mobi


Survivance


« Gentils et salauds, c’est tout ce qu’on est, ai-je songé, alors que nous progressions, crablasers au poing, dans ce couloir d’un blanc cassé menant au cœur de la station CreeMan 7.

Je pensais que ce serait là ma dernière mission de nettoyage. J’avais trop envie de me retirer, de faire comme mon père autrefois, de me lancer dans le transport entre les planètes de notre bon vieux système solaire, ce brave SysSol. On était au début de 2119 et organiser des voyages sécurisés commençait à sacrément bien payer. Les pirates spatiaux s’activaient de tous côtés et il s’écoulerait plusieurs années avant que la Spatiale ne les coince tous et ne les raye de l’espace. Ce qui voulait dire avoir une activité banquable pendant ces années-là. D’autant que mon Piet Hein II restait un vaisseau parmi les plus rapides du système. Il ne valait pas le premier, celui qui avait été la fierté de mon pater et qui avait disparu en 96, sans laisser la moindre trace, évaporé corps et âmes avec les scientifiques qu’il amenait dans les astéroïdes troyens. L’assurance avait tout payé, lui permettant d’acheter deux vaisseaux tout neufs et Papa avait fait semblant de se consoler, annonçant que, de toute façon, le Piet Hein était trop cher, qu’aucune compagnie ne l’achetait plus, mais, de ce jour-là, son moral avait flanché. Il s’était laissé vieillir, avant de m’abandonner sa boite et de s’éteindre bien trop vite.

Reprendre son affaire ? Ça aurait pu être sympa. C’est vrai. Je venais de quitter les services de sécurité de la Spatiale, cessant de sauter de planète en planète et d’intervenir dans les premiers conflits spatiaux de notre système. Dix années entières au bout desquelles j’avais fini par en avoir marre. Au point d’espérer changer un peu. Ouais ! C’est ça ! À l’époque, en 2112, je savais déjà que c’était faux, qu’il me faudrait du temps avant de devenir peinard et de parvenir à transporter en toute sécurité des voyageurs pleins aux as. Malgré tout, j’avais quand même repris sa boite tout en montant une activité parallèle. Sécurité et intervention. Bien pompeux mais bien réaliste. À jouer les gardes du corps et les protecteurs par ici, les infiltrés, les voleurs et les destructeurs – y’a pas d’autre mot – par là.

Tout gentil d’un côté. Plutôt salaud de l’autre. Sans trop de morts. C’est-à-dire presque jamais de morts humains. Côté androïdes, là, c’était moins joli. En six ans, on en avait cramé plusieurs à chaque opération. Pour se défendre, me susurrait hypocritement ce qui me restait de conscience.


Lire la suite sur le webzine de "Notre Nouveau Monde"...
Au choix dans les format Calaméo, PDF, ePub ou mobi

Souffrance et Espérance


Devant moi, les pentes des collines étaient un mélange de verdure sombre, de neige crasseuse et de plaques de rochers plantés çà et là. Au pied de l’arbre sur lequel je me tenais, j’entendais p’pa pester parce que j’étais trop visible dans ces branches dénudées. J’ai posé les jumelles numériques sur ma poitrine et levé le pouce vers la famille. Drôle de famille. Une recomposée. Mon beau-père et mes demi-frères. Lui, il est plutôt bien et j’ai plus de considération envers lui qu’envers mon géniteur qui s’est barré juste après ma naissance. Mes demi-frères ? Eux. Ça va. Ils sont sérieux et fiables. Surtout depuis que le monde s’étouffe sous la cendre des volcans et cette neige noirâtre ou grise, cette poussière minuscule qui rentre partout et brule les poumons et le visage, qui a laissé des morts par milliers ou par millions. Je ne sais même pas si c’est le monde entier qui est touché. D’après ce qui se disait à la webtélé, quand elle marchait encore les premiers jours, seul le continent Nord était touché par l’explosion brutale des volcans et les déplacements des plaques tectoniques.
En prenant des précautions, je suis redescendue avant de sauter au sol.
– Juste devant, à moins de demi-heure de marche, p’pa, ai-je soufflé. Maman, on arrive bientôt. Tu tiendras ?
– Oui, chérie !
Elle a serré un peu mieux Clara, le bébé qu’elle avait eu de p’pa et que la malchance avait fait naitre quelques jours après la catastrophe. Malchance parce qu’elle avait respiré des cendres dans la première semaine. Depuis, elle toussait, bavait, avait les yeux rougis en permanence et pleurait souvent. Trouver un docteur pour s’occuper d’elle avait été presque utopique. Obtenir des médicaments était devenu impossible. Mais maman, elle, gardait espoir et protégeait Clara, s’occupait d’elle chaque seconde de notre fuite.
Est-ce que nous fuyons ? Oui. En fait, je ne vois pas comment nommer notre marche forcée dans ces champs et ces bois de l’Auvergne, alors qu’il n’y a plus d’énergie dans les villes et dans les grands centres, alors que trouver un moyen de transport est devenu illusoire. De toute façon, la plupart des engins ont été réquisitionnés ; les autres sont bouffés par les cendres, leurs moteurs tellement encrassés qu’ils n’arrivent même plus à se soulever du sol. Et c’est pareil pour les humains. Tous ceux qui ne sont pas morts ont couru vers la mer ou l’océan. Les autres ? Il ne doit pas en rester beaucoup, parce qu’en six semaines de marche, nous n’avons rencontré que des cadavres, dont je n’ai plus peur maintenant, ou des fous qui lèvent leurs fusils et leurs armes avant même que nous ne soyons près d’eux. Heureusement, ça n’est jamais allé plus loin. Il est même arrivé plusieurs fois que des femmes aident maman, mais j’avoue que j’ai la pétoche à chacune de ces rares rencontres. Et pourtant, je suis armée. Un fusil-crablaser, un crablaser de poing et même une arbalète, avec un carquois empli d’une douzaine de carreaux que je récupère avec soin quand je dois tirer pour chasser.

Lire la suite sur le webzine de "Notre Nouveau Monde"...
Au choix dans les format Calaméo, PDF, ePub ou mobi





samedi 26 décembre 2015

Nouvelle "Souffrance et espérance" en ligne et en duel



Souffrance et Espérance



Ma nouvelle SF "Souffrance et Espérance" est disponible en lecture sur le blog de "Notre nouveau monde". En effet, après "Subsitution" et "Survivance" qui ont gagné chacune leur duel, la petite dernière est en ligne pour vous.

http://notre-nouveau-monde.blogspot.fr/2015/12/au-coeur-de-larene-match-decriture-n13.html#more

Une nouvelle de SF dans un monde postapocalyptique :

Le monde que connait la jeune Lise a disparu sous la neige et la cendre des volcans ; sa famille fuit depuis quelques mois, à la recherche d’un lieu où s’abriter et survivre. Mais, alors qu’ils découvrent un havre pour quelques jours, sa mère et sa toute jeune sœur, née, il y a peu, sont enlevées sous ses yeux…
Pour découvrir cet univers postapocalyptique, la nouvelle « Souffrance et espérance » est sur le blog de «Notre nouveau monde» en duel contre « La ferme de la liberté » de Philippe Mangion.
http://notre-nouveau-monde.blogspot.fr/2015/12/au-coeur-de-larene-match-decriture-n13.html#more

 


N'hésitez pas à lire en ligne (sous Calaméo) ou en déconnecté (les nouvelles se téléchargent en PDF, epub ou mobi).

Et puis votez pour la nouvelle qui vous plait le plus. Vous avez jusqu'à vendredi 1er janvier 23h59 mais la nouvelle année approchant, faites le plutôt dès ces jours-ci.

Bonne lecture et, si vous avez un petit instant supplémentaire, laissez-nous un commentaire en bas de page.

mercredi 23 décembre 2015

Revue Gandahar n°5 sortie - L'intelligence végétale


Comme prévu, la revue Gandahar sort son numéro 5 ce mois-ci. Le voici annoncé et prêt à la commande.

http://www.gandahar.net/2015/12/23/le-gandahar-5-intelligence-végétale-est-annoncé/

Une couverture superbe, magnifique même, réalisée par Séverine Pineaux.

http://www.gandahar.net/2015/12/23/le-gandahar-5-intelligence-végétale-est-annoncé/


Au sommaire :


Des textes de référence par 
  • Chris Brigonne
  • Kurt Laßwitz
  • Jean-Pierre Andreson (himself)
  • Julie Subirana 
auxquels s’ajoutent les 10 nouvelles retenues lors de l’AT sur ce thème :
  • Philippe Pinel, « Nous venons en paix »
  • Andréa Deslacs, « Irium »
  • Zaïtchick, « La salamandre »
  • Luce Basseterre, « Le rêve sauvage »
  • Eric Vial-Bonacci, « Effeuiller la marguerite »
  • Olivier Le Bussy, « Le témoin »
  • Julie Conseil, « Pourquoi laisse-t-on mourir les plantes ? »
  • Anaïs La Porte, « Le banyan qui pensait trop »
  • Jean Christophe Gapdy, « Autochorie martienne »
  • Ophélie Hervet, « Symbiose »
  • Laurent Pasqual, « Regain ».
 Bonne lecture !